Banques et transformation digitale : 2017, l’année des FinTechs ?

 In News

Textes: Mirko Venturi et Marco Piermartiri

Tiraillés entre les nouveaux modes de consommation des nouvelles générations (Y et Z), la vague déferlante des objets connectés et la digitalisation continue de l’économie, les acteurs du monde financier et de l’assurance se trouvent face au choix qui déterminera leur compétitivité, voire leur survie dans les années à venir : digitaliser leur modèle d’affaires et aller à la rencontre des nouveaux clients ou, au contraire, continuer à miser sur des offres de services et des relations client tendant à devenir obsolescentes. Agissant autant par instinct de conservation que par simple curiosité, un nombre croissant de banques et assurances scrute avec intérêt le marché des FinTechs, ces start-ups qui maîtrisent les nouvelles technologies et les transforment, entre autres, en applications de gestion de fortune, en relations clients personnalisées, en systèmes de paiement sécurisés et en fonds de placements alternatifs. Mot d’ordre dans ce secteur : augmenter l’efficacité des services et réduire les coûts.

3 milliards de dollars seront investis dans la transformation digitale d’ici 2020. Le chiffre annoncé par BNP Paribas fait réfléchir sur la direction prise par ce groupe bancaire comptant près de 200’000 employés, alors qu’il commence à imaginer les scénarii liés à son marché dans le court terme. Choisie en guise de laboratoire, la Suisse et son écosystème de start-ups joue le rôle d’un incubateur de la numérisation. A partir de la filiale BNP Paribas Suisse, les séances de brainstorming menées par les équipes de la banque au Swiss Next ont produit 40 idées, reparties sur les axes de la sécurité informatique, du mobile et home-working, de la digitalisation et robotisation. Proche des ateliers d’idéation organisés par ONDACO, la démarche et les idées avancées par les participants lors de ces « séances d’idéation » pourraient définir l’identité de la banque du futur.

En plein milieu d’une (r)évolution numérique sans précédents, les banques et les assurances doivent également s’efforcer de proposer des produits alternatifs à leurs clients. Une idée innovante vient de la start-up genevoise IPDM, qui lance son fond d’investissement dans les contenus numériques vendus à travers des bibliothèques en ligne. Dans son concept, IPDM se positionne comme un intermédiaire entre les investisseurs et les créateurs de contenus. Convaincue par le potentiel de la start-up française Wynd, spécialisée dans la digitalisation des points de vente physiques et dans les parcours client multicanal, le leader des Services de Qualité de Vie Sodexo a annoncé fin 2016 l’ouverture du fond de placement Sodexo Ventures. Cette action prime les start-ups innovantes, susceptibles de renforcer et de rajeunir l’offre de services et les relations client de la Société française.

Le choix de la Suisse en tant que berceau de l’innovation n’est pas un hasard car, d’après le professeur du IFZ de Zoug Andreas Dietrich, notre pays détient la 5ème place en matière de FinTech, devançant des marchés importants tels que Londres, Stockholm et Hong Kong.

Les initiatives visant à rendre la Suisse l’un des pays les plus attractifs au monde où implanter une start-up FinTech se multiplient : Fintech Fusion, ciblant les jeunes pousses innovantes souhaitant participer à la FinTech Factory, ainsi que le partenariat lancé en 2016 entre les groupes UBS et Crédit Suisse, l’opérateur Swisscom, l’assureur SwissLife et le cabinet de conseil global Ernst & Young (EY) en font clairement partie.

De Genève à Lausanne, de Zurich à Lucerne, les technologies et les acteurs économiques à même de digitaliser toute sorte de modèle d’affaires se multiplient. De l’autre côté, quelques-uns parmi les grands banquiers et assureurs choisissent le chemin de l’innovation. Et les autres ?

Crédit photo: B-Secur

Recommended Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text.