La Suisse donne le feu vert à l’innovation des modèles d’affaires

 In News

L’été 2016 a encouragé les grands groupes suisses à sonder de nouvelles pistes dans le développement de leurs modèles d’affaires. Face à l’augmentation de 13% des achats en ligne enregistrée l’année dernière par une étude de l’association d’e-commerce Netcomm Suisse, il reste un chiffre qui fait réfléchir : les 35% des achats numériques effectués par les Suisses se sont concrétisés sur des plateformes étrangères. Qu’en est-il des grandes sociétés helvétiques ? À écouter les mots du responsable des ventes en ligne chez Swiss Luca Graf interviewé par « Le Temps », le montant des investissements dans la transformation digitale de la part des entreprises en déterminera la stabilité et la croissance économique dans les mois à venir.

Le 21 juillet dernier, Nestlé a rejoint le gotha de l’innovation avec l’inauguration de son Silicon Valley Innovation  Outpost (SVIO). Dorénavant, la société internationale basée à Vevey sera entourée par d’autres entreprises majeures, telles que la Commission pour la technologie et l’innovation (CTI), Swisscom, Logitech et l’Ecole Hôtelière de Lausanne (EHL). Sous le même toit du SwissPier de San Francisco, ces acteurs économiques de renom partagent leur intérêt et engagement dans l’innovation technologique. De même, consciente de la nécessité de faire évoluer son offre de produits et services à l’échelle globale, Nestlé s’est assuré une trentaine de partenariats avec des start-ups spécialisées dans l’intelligence artificielle, la réalité augmentée, l’IoT, la gastronomie et dans les secteurs porteurs de l’innovation digitale.

En Suisse, la FINMA a lancé le déclencheur d’une (r)évolution dans le domaine de la finance. L’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers a décidé que les contrats de gestion de fortune peuvent être conclus en ligne à partir du 1er août 2016. Cette ouverture vis-à-vis de la Fintech helvétique a d’abord profité à l’entreprise hollandaise Pritle. Le CEO et fondateur Thomas Bunnik, dont l’ambition est de rendre la société leader de la gestion de fortune en Europe, propose déjà des services personnalisés de placement financier par l’intermédiaire de son robo-advisor Pritle.

La vague de digitalisation des modèles d’affaires investit aussi l’univers des mutuelles. À l’instar d’une étude réalisée par le cabinet Swiss Re, la part de ce marché atteint le 12,2% en Suisse et ce pourcentage est destiné à grandir suite à une meilleure exploitation du Big Data et des données issues des réseaux sociaux. À présent, un groupe de start-ups s’est positionné sur le marché européen des assurances partagées, telles que les jeunes pousses françaises Shift-Technology et Wizzas ou la zurichoise Knip. Ces sociétés appliquent le concept d’économie collaborative aux assurances et permettent des achats groupés des polices. Les résultats portent sur un produit 100% personnalisé au moindre prix.

Financée avec 2 millions de dollars par des investisseurs privés, la spin-off de l’EPFL Cyberhaven est en train de réaliser un système de sécurité informatique dont l’efficacité est censée dépasser de loin celle de l’antivirus traditionnel. Arrivés à Boston il y a quelques jours, les ingénieurs informatiques de la start-up vaudoise semblent avancer à pas de géant sur le terrain de la cybersécurité.

Cet été, les changements que nous enregistrons annoncent une majeure liberté de manœuvre en vue de faire évoluer ou transformer les modèles d’affaires et garder le cap vers la croissance économique. Pour la rentrée, de nouvelles opportunités d’innovation se profilent à l’horizon.

Crédit photo : Telecom TV

Recommended Posts
Contact Us

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

Not readable? Change text.